Be With Me

Be With Me
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Be With Me
Singapour, 2005
De Eric Khoo
Scénario : Eric Khoo, Wong Kim Hoh
Avec : Theresa Chan, Seet Keng Yew, Ezann Lee, Lynn Poh, Chiew Sung Ching, Jason Tan, Samantha Tan, Lawrence Yong
Durée : 1h30
Sortie : 12/10/2005
Note FilmDeCulte : ******
  • Be With Me
  • Be With Me

Quelques histoires d’amour, des lueurs d’espoir et autres caprices du destin à Singapour. L’idylle entre deux adolescentes, la frustration sentimentale d’un agent de la sécurité, le deuil d’un ancien, ou les souvenirs d’une femme aveugle et sourde.

MYSTERIOUS SKIN

"Sois avec moi, mon amour bien-aimé, sois avec moi que mon sourire ne disparaisse pas". Derrière les missives romantiques se cachent quelques âmes tristes, amères, minées par la solitude et n’ayant que ce refrain obsessionnel dans les veines: "Be with me", "sois avec moi". Une incantation implorante, et une aliénation muette – aux battements du cœur se substituent les clignotements du curseur sur un écran d’ordinateur, ou le bip-bip d’un portable. Froids et synthétiques. Be With Me parle de frustration, de spectateurs impuissants face à leurs désirs inassouvis, espions et prisonniers derrière une grille ou une fenêtre. Impuissants, près d’un lit d’hôpital où la mort fait son œuvre, ou après des années de deuil, dans un monde qui, comme celui de Theresa, semble être traversé dans une solitude aiguë, dans le noir complet et un silence assourdissant. Khoo pourrait cumuler les pathos mais, à l’image de l’une des plus belles histoires d’amour vues au cinéma ces dernières années (l’Oasis de Lee Chang-dong, qui n’était rien moins que la folle passion d’un attardé mental pour une handicapée physique), le réalisateur singapourien injecte une grâce incroyable dans le traitement de chacune de ses histoires.

COME ON AND SAVE ME

Be With Me, ou comment la souris accouche d’une montagne. Eric Khoo économise les mots jusqu’à l’extrême, épure sa mise en scène, tout en apportant un soin constant au cadre et à l’ambiance sonore. Et agite alors ses grands drapeaux: l’amour, l’espoir et le destin. Quelques pierres précieuses capturées dans son filet à papillons, comme les premières heures aériennes d’une idylle lesbienne, une relation éphémère qui va se faner et s’abîmer dans la mélancolie de plomb. L’une s’acharne, l’autre rature cet amour à peine né comme elle efface quelques textos énamourés. Un prélude avorté que certains ne connaîtront même pas, à l’image d’un vigile, obsédé par une femme trop classe pour lui, et qui ne pourra se nourrir que de privation et de quolibets. Khoo peint, avec naïveté, un quotidien fait de cruauté impassible et de providences divines, où les lettres d’amour s’envolent sur le bitume maculé de sang, où les absurdes miracles surgissent, au moment même où tout espoir semble mort, dévoré par le chagrin.

EMBRASSE-MOI, PLUS TARD IL SERA TROP TARD

Le personnage de Theresa Chan fait, lui-même, figure de miracle. Be With Me trouble l’eau de rose de sa fiction en y ajoutant le destin sans pareil de cette femme, une sexagénaire aveugle et sourde depuis l’âge de 14 ans, qui interprète son propre rôle. Et dont l’autobiographie sert de chant silencieux à certaines scènes sans paroles, prenant le pouls de l’héroïne ordinaire, de ses souvenirs doux-amers comme celui d’un amant disparu, ou sa pugnacité, le poing fermé. Elle est le totem d’un film où l’on se jette, ivre et brûlant, dans le vide, au sens propre ou figuré, pour vivre avec l’être aimé, sentir son souffle ou sa peau, un contact de chair dans un monde où les amours inapaisées s’écrasent contre un écran de vidéosurveillance ou de téléphone. Juste un baiser, à l’image de celui, pudique et magnifique, qui clôt le film, rappelant la conclusion du récent long métrage de Gregg Araki, le bouleversant Mysterious Skin, où l’épaule offerte ne refermera pas forcément toutes les entailles, mais servira de médicament au goût particulier, un stupéfiant qui enivre, une dépendance insatiable. Sous ses dehors fragiles et chétifs, Be With Me restera en tout cas comme l’un des films les plus puissants de l’année.

par Nicolas Bardot

En savoir plus

Be With Me sera diffusé les samedi 9 janvier à 20h et jeudi 11 février à 20h dans le cadre de la programmation Singapour, Malaisie : le cinéma ! du Centre Pompidou. Pour découvrir toute la programmation, cliquez ici!

Quelques liens :

Commentaires

Partenaires